Blog / La parole au commerçant /

Et vous, proposerez-vous aussi bientôt la vente en distributeur ?

 

Peter Goettler

Global Director

 

Et vous, proposerez-vous aussi bientôt la vente en distributeur ?

L’époque où les commerçants n’utilisaient les distributeurs automatiques que pour vendre des canettes de boissons, des sucreries et du pain est révolue. Des repas complets aux housses de téléphone : les commerçants se montrent de plus en plus créatifs pour utiliser toutes les possibilités que leur offre un distributeur automatique.

 

Pas de quoi s’étonner, en fait : un distributeur automatique vous permet d’augmenter votre accessibilité, votre visibilité et de toucher un public-cible plus large. Les solutions de paiement vont également de plus en plus loin. De nombreux distributeurs automatiques proposent maintenant le paiement sans contact. D’autre part, pour beaucoup de commerçants, ce type de distributeur s’inscrit parfaitement dans leur stratégie omni-channel, qui leur permet de servir leurs clients à différents moments et en plusieurs endroits.

C’est le cas de la famille Maelfait, qui a fondé Kjure il y a trois ans. Leurs distributeurs automatiques proposent des plats préparés savoureux en Flandre et à Bruxelles. Le tout disponible 24/7, et toujours frais et sain. Nicolas Maelfait nous raconte son histoire.

 

Une idée née d’une frustration personnelle

Nicolas : « Mon père a exploité un restaurant très fréquenté à Knokke pendant des décennies. Avec un personnel comptant jusqu’à 60 personnes en été, la charge de travail était très importante. Sur ordre de son médecin, mon père a dû prendre du recul voici quelques années. Mais il cherchait évidemment un nouveau défi à relever. Quand on a l’entrepreneuriat dans le sang, on ne s’en débarrasse pas aussi facilement. »

Toutefois, passer d’une brasserie à des distributeurs automatiques de plats sains n’a rien d’évident. L’idée est née d’une frustration personnelle. Nicolas : « Quand nous étions encore en pleine exploitation du restaurant, nous allions souvent chercher de la nourriture quand nous étions en congé. En sacrifiant le côté santé, malheureusement. Nous y avons vu une opportunité : les gens ont envie de plats sains, mais ils ont de moins en moins de temps. »

 

file

La disponibilité avant tout

Kjure. Des repas sains et de qualité que vous pouvez facilement vous procurer dans l’un des distributeurs automatiques. Ces distributeurs se sont rapidement inscrits au cœur de la stratégie de Kjure. Pour une bonne raison : « Pour notre famille, la disponibilité est une priorité. Les gens doivent pouvoir venir chez nous à tout moment de la journée pour leur healthy fix, même si leurs horaires sont irréguliers. Afin de garantir cette disponibilité, nous avons en fait très vite décidé de nous concentrer sur les distributeurs automatiques. »

 

« Afin de garantir cette disponibilité, nous avons en fait très vite décidé de nous concentrer sur les distributeurs automatiques. »

 

En plus d’être disponible en permanence, un distributeur automatique est également très hygiénique. Il n’y a aucun contact direct. Les clients qui préfèrent pour l’instant ne pas se rendre dans les grands magasins sont ainsi servis avec rapidité et efficacité. Le terminal VALINA propose une expérience de paiement autonome et fluide.

 

Aucun point de contact central

Il était cependant risqué de bâtir une marque sans magasin physique et donc sans point de contact central. « Ça n’a pas toujours été évident. Développer une relation avec la clientèle est de toute manière un processus difficile », dit Nicolas. « Nous constatons cependant que les gens sont emballés dès la première fois qu’ils goûtent nos plats. Veillez donc à pouvoir garantir la même qualité dans votre distributeur automatique que si vous vendiez vos plats dans un magasin physique. Nous avons par ailleurs investi dans notre communication en ligne et ça a bien fonctionné. Tant sur Facebook et Instagram que sur notre propre site web, nos clients ont une idée claire de qui nous sommes et de ce que nous faisons.

« Nous avons bâti notre marque sans point de contact client direct. C’est pourquoi nous avons investi dans la communication digitale. »

 

Peu de droit à l’erreur

On peut tourner l’affaire comme on veut : une machine est et reste une machine, et ne propose aucune solution immédiate en cas de problème. Nicolas : « Nous veillons à être toujours disponibles. Il faut en être conscient avant de commencer. Il faut évidemment pouvoir résoudre rapidement les problèmes techniques. Mais vous pouvez aussi voir les choses autrement : un service de mauvaise qualité n’a pas sa place ici. C’est aussi simple que ça. »

« Un service de mauvaise qualité n’a pas sa place ici. C’est aussi simple que ça. »

La soif d’entreprendre de la famille Maelfait n’est cependant pas encore étanchée. « Nous voulons développer Kjure, mais pour l’instant, nous continuons à nous concentrer sur nos distributeurs automatiques. Nous n’avons pas encore de projet concret de magasin physique. Notre formule fonctionne bien. »

 

 

file

 

 

Les trois conseils de Nicolas :

• Si vous misez sur un distributeur automatique, vous devez également investir dans la communication digitale. Vos réseaux sociaux et votre site internet doivent être impeccables. Veillez à ce que vos clients puissent y trouver toutes les informations dont ils ont besoin.
• Soyez disponibles. Veillez à ce que vous et votre équipe puissiez apporter votre aide en cas de besoin.
• Continuez d’innover, tant sur le plan de votre infrastructure que de votre offre.

Pour plus d’infos sur les distributeurs automatiques, rendez-vous sur notre plateforme dédiée itworksforyou.be. Vous y trouverez de plus amples informations sur toutes les possibilités et les avantages que vous offre ce type de distributeur.

En savoir plus sur les
distributeurs automatiques