Blog / La parole au commerçant /

« Je n'ai pas peur de demander de l'aide »

 

Peter Goettler

Global Director

 

« Je n'ai pas peur de demander de l'aide »

Lorsque vous avez travaillé durant des années à développer votre propre entreprise, il peut être difficile de lâcher prise. Toutefois, une rupture nette semble souvent être la meilleure façon de garantir la pérennité de votre structure familiale. Bruno et Marc D'hont, de Verimpex, ont opté pour la clarté. Après quasiment 40 ans au poste de directeur, Marc a transmis la société à son fils cadet. C'était il y a trois ans. Et le succès est au rendez-vous.

 

file

En quête d’un nouveau souffle

C’était écrit : un jour, l’un des cinq enfants de Marc reprendrait les rênes de l’entreprise. Était-il évident que ce serait le benjamin qui se lance ? Non, pas vraiment. Mais après des résultats décevants en 2015, l'entreprise avait besoin d'un nouveau souffle. Et c'est donc Bruno, alors âgé de 26 ans, qui décida d'inverser la tendance. Une sacrée responsabilité quand on sait que 30 personnes travaillent chez Verimpex.

L'ouverture est source d'implication

Un lourd fardeau pour quelqu'un de 26 ans, seriez-vous tenté de dire ? Pas pour Bruno : « Je savais que je ne serais jamais seul. Verimpex est plus qu'une entreprise familiale. Certains de nos collaborateurs travaillent ici depuis plus de vingt-cinq ans. Cela crée un lien et garantit une forte implication du personnel. Mon père a toujours eu une politique très ouverte, et j'ai continué dans le même état d'esprit. Cette ouverture a été un gros avantage lorsqu'il m'a passé la main. »

Du jour au lendemain

Lorsqu’il évoque ce passage de témoin, Bruno est tout à fait formel. « Si j'ai un conseil à donner en la matière, je recommande à tout le monde de rendre les choses aussi nettes et claires que possible. Transférer les responsabilités du jour au lendemain a été la meilleure décision que nous ayons prise il y a trois ans. En agissant de la sorte, tout était limpide aussi bien pour mon père et moi, que pour le personnel. C’est ainsi que vous contrecarrez l’incertitude que peut entraîner un tel changement. »

 

« Transférer les responsabilités du jour au lendemain a été la meilleure décision que nous ayons prise il y a trois ans. »

 

Sous-estimé par la concurrence

La période d'incertitude a, depuis lors, laissé la place à l'optimisme et au progrès. Cela dit, la tâche est rude. Diriger une entreprise à 29 ans n'est pas une mince affaire, même si Bruno ne trouve pas que son âge soit un frein. « Être jeune a ses avantages. D'accord, je n'ai pas la même expérience qu'un manager qui travaille depuis trente ans. Mais les concurrents me sous-estiment souvent et j'ai une nouvelle vision des choses. Là où je pèche par manque d'expérience, je laisse des collègues m'assister. Je n'ai pas peur de demander de l'aide. »

Après trois ans à la tête de l'entreprise familiale, Bruno est toujours très satisfait de la décision qu'il a prise en 2016. Mais cela reste un processus d'apprentissage, avec ses essais et ses erreurs. « Il n'y a pas d'entreprise sans problèmes. Mais vous pouvez faire la différence par la façon dont vous vous y prenez et la rapidité avec laquelle vous faites face. »

 

« Il n'y a pas d'entreprise sans problèmes. Mais vous pouvez faire la différence par la façon dont vous vous y prenez et la rapidité avec laquelle vous faites face. »

 

file

 

Les conseils de Marc & Bruno en matière de gestion d'entreprise familiale

  • Assurez-vous qu'il y ait un transfert clair. Indiquez clairement qui est le responsable et à qui le personnel peut s'adresser pour poser des questions.
  • Créez l'implication par l'ouverture. Soyez transparent lorsque vous prenez des décisions et associez le personnel à ces décisions dans la mesure du possible.
  • Entourez-vous d’experts et n’ayez pas peur de demander de l’aide si cela s’avère nécessaire.

 

Vous voulez davantage d'inspiration ? Lisez ici l'histoire de l'hôtel-restaurant Le Saint-Amour.